AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Katie Close [ En cours ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Katie Close [ En cours ]   Mer 28 Juil - 18:49


Prénom
et Nom




Who are you?

¬ Nom : Close
¬ Prénom : Katie
¬ Age et dâte de naissance : J'ai 90 ans en réalité, mais physiquement, je fais toujours 27 ans. C'est le 20 mars 1915 que je suis née.
¬ Profession : Journaliste
¬ Un Clan: /
¬ Mode d'alimentation: Hommenivore.




Your Life...

¬ Votre vie Antérieure (10 lignes) :

C
’était au couché du soleil que je suis née. Le 20 mars 1915, je m’en rappelais car ma mère ne cessait de me narrer cette histoire pour m’endormir. Et je devais avouer que cela marchais plutôt bien. Ma mère était seule à la maison avec une sage femme car mon père n’était pas encore rentré de son travail, ses contractions étaient de plus en plus rapides et de plus en plus douloureuse. La sage femme avait bien du mal à s’occuper seule de ma mère. Puis après deux longues heures de souffrance pour l’une et deux heures de multiples difficultés pour l’autre, je pointais enfin le bout de mon nez. La sage femme m’avait lavée et soigneusement enveloppée dans une couverture propre. Puis, une fois dans les bras de ma mère, je poussais mon premier cri. Quelques heures après, mon père revenait de son travail (il était avocat) et quelle ne fus pas sa surprise lorsqu’il me vit blottie dans les bras de ma mère. Il avait dis que les bébés étaient vraiment petit. Il ne pensait pas que l’on pouvait être si petit que cela. Se à quoi ma mère et la sage femme avaient rit de bon cœur. Pour ma part, bien sur j’avais crié...
Trois ans plus tard, ma sœur naquit. Je ne me rappelais guère de cette époque car la guerre faisait rage et mon père, bien qu’avocat, avait décidé de lui-même de partir au front. Il était bien sur contre l’extermination des Juifs et les manières de faire d’Hitler, mais il disait qu’il fallait toujours servir sa patrie. Même, si celle-ci, n’était pas toujours à votre service. Stupide idée. A partir de ce moment, les nouvelles de lui se firent de plus en plus rares, ce qui, quelques années plus tard, ne m'étonna guère. Beaucoup trop de soldats mourraient au front, mais il était plus difficile d'avouer que le sien avait périt de la sorte. Je ne comprenais pas que l'on puisse soutenir Hitler, ce dictateur n'était rien d'autre qu'une brute sans scrupules.



¬ Votre Transformation (10 lignes) :

I
l m'avait donnée rendez-vous près du vieux cimetière qui se trouvait à l'orée des bois. C'était un soldat allemand à qui je pouvais soutirer des informations. Je l'avais trouvé sur la voie publique près d'un poste, seul, sans un camarade d'infanterie, avec un colis noir à la main. Il marchait d'un pas pressé mais je l'avais arrêté dans sa course en lui rentrant dedans. Il jura puis il me regarda sérieusement. Je lui dis que j'étais journaliste et que je devais faire un article sur l'armée Allemande. Son visage ne changea pas d'expression, il me dit juste de venir le retrouver ce soir à 23h45 au vieux cimetière.
Je m'étais muni d'un bloc note, d'un crayon et d'un magnétophone puis je partis presque en courant au vieux cimetière. Je fus arrivée pile à l'heure de notre rendez-vous. Lui, arriva quelques minutes après moi en tenue civile. Il portait un vieux jean délabré avec un vieux tee shirt blanc. Il faisait nuit et il n'y avait aucune étoile dans le ciel. Un hurlement se fit entendre. Il me prit par le bras et me força à rentrée dans le vieux cimetière, et à partir de ce moment là, je savais que les choses allaient mal tourner. Il avait pris la parole et m'avais demandée ce que je voulais savoir sur l'armée Allemande. Je lui répondais qu'il pouvais me dire tout ce qu'il savait ou tout ce qu'il jugeait utile de me dire. Il me répondis qu'il n'aimait pas les traitre. Il disait aussi, qu'il était fidèle à Hitler et qu'il le resterait. Puis sans crier gare, il s'avançait vers moi et il essaya de m'embrasser. Sur le coup, je lui mis un bon coup de point. Prit par surprise, il me lâcha. Mais se fut peine perdu, je courrais le plus vite que je pu, en quelques seconde il me rattrapa. Je me m'étais à crier mais rie n'y faisais, personne ne m'entendais. Il pris un couteau et me fis des égratignures plus ou moins profondes un peu partout. Je saignais abondamment mais il s'en fichait. Il me traita de salope et de trainée, alors que je m'évanouissais de peur et de fatigue. Lorsque je me réveilla il faisait nuit et il était partit. Je ne portais plus de vêtements, je les trouvais quelques mètres plus loin, au bord d'une vielle tombe. Affolée, je mis mon manteau et je fourra le reste dans mon sac qu'il m'avait laissé. Je marchais avec difficultés, tombant parfois, pieds nus en tenant mes chaussures à la main. Puis, de la brume arriva et le ciel se fit plus nuageux. Il faisait de plus en plus froid. Je me souviens mettre sentis soulevée du sol par une force surhumaine puis me laissant guidée, la fatigue m'ayant sonnée et ne ne donnant plus la force de me défendre.

A moitié endormie, je sentis tout de même une vive douleur me traverser le coup lorsque quelque chose ou quelqu'un me mordre. Je sentis mon sang couler le long de mon coup, je criais et je m'évanouis à nouveau, de fatigue.
Lorsque je me réveillais, j'étais dans un lit deux places très confortable. C'était un lit à baldaquin noir et rouge. Je soulevais les draps rouge et je me levais à une vitesse déconcertante. Les murs de la chambre étaient noirs eux aussi, je vis un miroir en face du lui. Je m'avançais vers lui tout aussi vite que j'étais descendu du lit. Ma peau était blanche presque pâle et mes yeux bleus étaient plus vif. Je remarquais que j'avais deux cicatrices dans le cou. Je passa ma main, je ne ressentais aucune douleur. Je vis également que je portais toujours les même vêtements, déchirés, sales et plein de sang. A côté du miroir était déposée une robe courte noire avec des chaussures à talon noire. J'enfilais le tout. Cela me changeais vraiment. Puis on frappa à la porte. Je fus prise de panique. La porte s'ouvrit doucement puis un homme aux cheveux châtains aux cheveux mi long et aux yeux bleu fit sont entré. Il était assez imposant. Il me dit, " Enfin te voilà enfin ma créature. " Votre créature? " Avais-je répondus. Depuis quand étais-je une créature? Pour qui se prenait-il?


EN COURS.

¬ Votre nouvelle Vie (10 lignes) :

I
l était une fois...




You, you and you

¬ Description physique (5 lignes) :

I
l était une fois...

¬ Caractère (5 lignes) :

I
l était une fois...

¬ Nationalité : Allemande.

¬ Avatar choisi : Jennifer Morrison




You and the other people


¬ Vos Liens (2 lignes par personne) :

Elisabeth Anderson { En crous }


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Katie Close [ En cours ]   Mer 28 Juil - 21:17

Bienvenue et bon courage pour ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Katie Close [ En cours ]   Mer 4 Aoû - 19:08

Bouge toi la grappe pour me continuer cette fiche avant que je ne me fâche :gni:
Sinon je te fais tuer ton perso :boulet: Non mais oh.

Allez hug
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Katie Close [ En cours ]   Dim 15 Aoû - 16:31

Bienvenuue!J'adore la structure de ta fiche!A ce propos trèèès bonne chance pour la finir!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Katie Close [ En cours ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Katie Close [ En cours ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En cours: Hotchkiss H35 - RPM 1 / 72.
» Cours sur l'imparfait de l'indicatif
» cours technique femme et milonga art plus tango
» Cours de Broderie d'Art à Marly le Roi (78)
» Formation Professionnelle en cours du soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire's Dawn, Twilight RPG :: O° Avant le Commencement :: - Votre personnage-
Sauter vers: